[vídeo] Un joueur expose la réalité : « Les footballeurs homosexuels ont peur

Le football est l’un des domaines où l’homosexualité est encore taboue et où l’homophobie joue un rôle prépondérant. Les grandes ligues du monde n’ont pas (et n’ont pas eu) de joueurs homosexuels. Ou du moins pas avec des joueurs gays qui ont rendu publique cette partie de leur vie. Les footballeurs homosexuels font l’objet de pressions par leurs clubs afin qu’ils ne rendent jamais publique leur orientation sexuelle. En fait, ce n’est pas quelque chose de nouveau, malheureusement.

L’homophobie dans le monde du football et du sport a récemment été débattue au Parlement européen lors de la « Sport et homophobie, un jeu pour gagner ». Albin Ekdal a participé à cette réunion par le biais d’une apparition vidéo.

Albin est un joueur florentin qui a dénoncé à plus d’une reprise la terrible atmosphère qui règne derrière le football masculin. La vidéo qu’il a enregistrée était pleine d’émotion et a été en fait partagée peu après par La Gazzetta Dello Sport (La Gazette des sports). Dans son discours, il a accordé une attention particulière à l’homophobie :

Dans un monde idéal, personne ne serait mal à l’aise de vous dire qu’il est homosexuel. Que ce soit dans sa vie plus privée ou dans le monde du sport. Cependant, la réalité est très différente. Dans notre sport, seuls huit joueurs ont déclaré leur homosexualité. Un nombre extrêmement réduit.

Beaucoup d’entre eux aimeraient le faire mais ne se sentent pas assez libres pour le faire. Ils craignent les éventuelles conséquences négatives que leurs paroles pourraient entraîner. Le monde du football a un environnement où l’homophobie est très importante. C’est pourquoi les joueurs ont peur de devenir l’objet d’insultes et d’abus.

Tant sur le terrain qu’en dehors. En conséquence, ils sont obligés d’abandonner leur passion, ou de se cacher et de vivre une vie pleine de peur. C’est pourquoi nous devons lutter contre cet énorme problème. Nous devons utiliser l’éducation comme une force commune pour le bien commun. Quel genre de société serons-nous si un adolescent ne peut pas réaliser vos rêves juste à cause de son orientation sexuelle ?

Chaque fois qu’un jeune raccroche ses bottes et arrête de jouer parce qu’il n’est pas accepté par le vestiaire, son club ou son environnement est une défaite pour le monde du football. Parce qu’être gay ne vous définit pas comme une personne, mais seulement comme celui qui vous attire. Nous faisons tous partie de la race humaine et nous avons la même passion : nous aimons le football et c’est la chose la plus importante pour nous tous.