Un jeune transsexuel se suicide à 18 ans – ils appellent ça un suicide. C’est ce qu’on appelle la transphobie.

Alan (17 ans, Ruby). Ekai (17 ans, Ondarroa). Thalía (17 ans, Móstoles). Edu (18 ans, Llíria).

Ces noms ne sont que les plus importants, ceux qui figurent en tête de liste des enfants victimes de transphobie. Ceux qui ont décidé qu’ils préféraient rester sur le bord de la route plutôt que de continuer à subir des agressions et des abus.

Le cas d’Edu, le jeune transsexuel de Llíria, n’est que le plus récent. Le suicide, ils l’appellent, alors qu’ils devraient l’appeler un crime de haine. Parce que c’est la haine qui l’a tuée. Ceux qui l’ont connue disent qu’elle aimait danser et chanter. Qui avaient l’habitude de télécharger des vidéos et des photos sur leurs réseaux sociaux en imitant leurs artistes préférés. Edu avait des rêves, des ambitions. Mais il a aussi souffert.

En 2018, une étude sur le suicide et les jeunes a été publiée dans Pédiatriela revue publiée par l’Académie américaine de pédiatrie. Cette étude a mis en évidence certaines données sur le taux de tentatives de suicide. Chez les adolescents trans, cette époque est de loin supérieure à celle des jeunes cis.

Le groupe ayant fait le plus grand nombre de tentatives de suicide est celui des garçons transsexuels, qui a atteint 50,8%. Le pourcentage d’adolescents non binaires n’est pas loin, 41,8%. Enfin, les filles trans étaient un peu déprimées, avec un 29,9%.

Ce n’est pas la première étude à mettre en évidence la vulnérabilité des adolescents transsexuels. Il a été constaté que les enfants et les adolescents transgenres souffrent davantage de dépression que leurs pairs. Une autre étude a souligné que les pensées suicidaires chez les jeunes transgenres sont deux fois plus élevées que dans la population générale.

Il existe également des études qui vont dans le sens inverse. Les dépressions dans ce secteur vulnérable peuvent être considérablement réduites. Par exemple, avec le simple fait que dans leur environnement le nom approprié pour leur identité de genre est utilisé.

Les plateformes de défense de la communauté trans font entendre leur voix contre ces meurtres sociaux. Parce que la transphobie tue, comme l’a dit Fran Ferrari, le syndic de Compromis aux Corts, sur son compte Twitter. Et cela ne touche pas que les adultes. La transphobie tue les jeunes en leur coupant la vie avant même qu’ils puissent commencer à la vivre.

Il est temps que des lois nationales protègent les droits et la vie des enfants transgenres. Elle ne doit pas être traitée comme une stratégie politique ou idéologique. Il ne s’agit pas de médailles pour les partis politiques. Nous parlons de la vie de nos enfants.