Si le VIH était la punition de Dieu pour les homosexuels, le coronavirus est une punition pour les conservateurs

Lorsqu’il s’agit d’un problème de santé mondial, comme c’est le cas avec la pandémie de COVID19 , nous pouvons adopter deux approches. La première, et la plus humaine, est de penser que nous nous battons tous ensemble pour que cette situation prenne définitivement fin. Le fait est qu’il ne faut en aucun cas tirer profit de malheurs d’une telle ampleur. Et encore moins à des fins politiques.

Cependant, vous et moi savons que ce n’est pas le cas pour beaucoup. Du moins, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque l’épidémie de sida a frappé, ce ne sont pas quelques-uns qui ont utilisé cette horrible maladie pour stigmatiser la communauté LGBT. Leur cible ? Pour faire encore plus de dégâts que la maladie elle-même.

En fait, à ce jour, des fanatiques ultra-catholiques et conservateurs continuent d’apparaître et de blâmer la communauté LGBT pour le coronavirus. Ils prétendent que c’est la punition de Dieu. Et c’est là qu’intervient la deuxième approche.

Chers Tories, nous avons de mauvaises nouvelles. Selon les statistiques, le coronavirus pourrait plus facilement être une punition de Dieu pour les ultra-conservateurs de la planète. Nous avons des preuves à ce sujet!

Beaucoup d’ultraconservateurs ont osé reprocher aux libéraux de San Francisco, la capitale mondiale des LGBT, l’émergence du coronavirus parce qu’il semble toujours fonctionner pour eux (comme il l’a fait pour le sida). Le fait est que les évangéliques n’ont pas cessé de répéter que Dieu montrait sa colère envers les homosexuels et sa façon de l’exprimer était de créer un tel fléau dans la capitale.

Nous n’avons pas d’autre choix que d’appliquer la même logique que les ultraconservateurs eux-mêmes pour y répondre. S’il est vrai que Dieu a montré sa colère à l’égard de la libération des homosexuels en mettant San Francisco en forme avec le sidaDonc aujourd’hui, au milieu de l’année 2020, Dieu est certainement en colère contre les personnes religieuses.

Le COVID-19 a brutalement frappé les sièges des religions du monde entier. D’une part, Rome. Le siège des catholiques. Elle est suivie par Athènesle siège de l’orthodoxie grecque. Voir aussi MoscouL’Église orthodoxe russe, ainsi que Londres (communauté anglicane), La Mecque (maison de prière des musulmans), Jérusalem (berceau de la foi juive) et Salt Lake City (nid de mormons).

Comparons, donc, pour comprendre la colère de Dieu. Saint-François compte aujourd’hui moins de 1000 cas et seulement 12 décès. Chacune des villes religieuses énumérées ci-dessus (qui sont toutes discriminatoires envers la communauté LGBT) ont connu plus de décès que San Francisco. En fait, San Francisco est la ville la moins touchée de toutes.

Et… continuons à suivre la même logique qui anime les conclusions des extrémistes et des fanatiques : Les fléaux de Dieu sont dirigés contre ceux qui tiennent des discours haineux contre leurs disciples choisis. Si nous suivons sa même (et stupide) rhétorique, nous ne pouvons que réaliser quelque chose : Cette fois, l’élu de Dieu a été la communauté LGTB.

Et si nous voulons être plus logiques, nous devrions peut-être nous référer au fait que les églises sont devenues l’un des principaux centres de transmission de COVID19 . C’est là que les règles sont constamment remises en question (telles que les distances de sécurité pour continuer à détenir des services) et dans de nombreux cas avec plus que des résultats tragiques.

Comme nous l’avons dit au début, il y a deux façons de prendre tout cela. La première (et la plus judicieuse) est de penser que nous sommes tous unis et de nous battre travailler ensemble et dans la paix afin de mettre fin à une maladie mortelle. La deuxième consiste à répondre par REALITES à tous ces ultracatholiques et homophobes malades qui utilisent la maladie pour viraliser la haine envers une communauté de personnes qui tout ce qu’ils font, c’est aimer.

Si vous, qui me lisez en ce moment, faites partie de ce groupe, alors je vous invite à réfléchir. Il est possible que dans ce cas, ce Dieu, au nom duquel vous commettez chaque jour tant d’injustices, s’est peut-être retourné contre vous. Alors je crierai peut-être aux quatre vents le manque d’empathie et d’amour du prochain que vous avez.

La vérité est une : nous sommes tous dans ce monde pour nous aider les uns les autres. Au sein de la communauté LGBT, nous avons appris cette réalité dès le premier jour. Nous savons combien il est important de travailler ensemble et de collaborer pour parvenir à la paix. Nous avons prouvé que cela fonctionne. Vous commencez à faire la même chose.