Les personnes LGBT courent un risque accru de contracter un coronavirus

Le coronavirus est synonyme de crise sanitaire mondiale, même si tous les pays ne sont pas touchés de la même façon. Elle ne présente pas non plus le même risque pour tous car il existe des groupes plus vulnérables. Le LGTB est l’un d’entre eux, comme l’ont clairement indiqué différents groupes de défense du LGTB (GLAAD, RRC, entre autres) dans une lettre ouverte :

« La communauté LGBT fait partie des communautés qui sont particulièrement vulnérables aux effets négatifs de la COVID-19 sur la santé. N’oubliez pas que COVID-19 est un type particulier de coronavirus. Mais, qu’est-ce qui nous met en danger ? Différents facteurs ont été énumérés dans cette lettre :

1

Augmentation de la consommation de tabac

Au sein de la communauté LGTB la consommation de tabac est supérieure de 50 %. par rapport à la population moyenne. Le tabagisme affecte directement le système respiratoire et nous ne devons pas oublier que la COVID-19 est une maladie respiratoire. Il a été démontré qu’il est particulièrement nocif pour les fumeurs.

2

Augmentation de l’incidence du VIH et du cancer

Oui, au sein de la communauté LGBT, la présence de ces maladies est plus importante et le système immunitaire peut donc être affaibli. Le résultat est un une vulnérabilité accrueNon seulement à COVID-19 mais aussi à toutes sortes d’infections.

3

Discrimination dans les établissements de soins de santé

À ce jour, nous continuons à être témoins de nombreux comportements discriminatoires et irrespectueux de la part des travailleurs et des prestataires de soins de santé. En conséquence, la communauté LGBT est plus susceptible de se sentir en insécurité dans ces environnements et même éviter les soins médicaux, sauf dans les situations qu’ils considèrent comme urgentes. Parfois, ils ne demandent même pas d’aide dans les situations d’urgence.

Mais cela ne s’arrête pas là. Cette lettre fait également une référence particulière aux personnes âgées LGBT. Saviez-vous qu’elle est beaucoup moins susceptible de se faire soigner que ses homologues hétérosexuels et cisgenres ?

Cela se reflète également dans les centres de vieillissement tels que les maisons de retraite et autres programmes de santé physique et mentale qui ont été conçus spécifiquement pour les personnes âgées. Derrière ces comportements, il y a la même raison : La discrimination et la peur du rejet. Au final, tout cela se traduit par une qualité de vie et une espérance de vie plus faibles ainsi qu’une vieillesse plus malheureuse.

La communauté LGBT connaît malheureusement déjà le phénomène d' »épidémie » accompagné de discrimination et de stigmatisation au niveau social. C’est pourquoi, sur la base de cette lettre, les organisations qui luttent pour les droits des LGTB concernées demandent instamment les organismes compétents pour assurer le soin et l’attention appropriés du groupe LGTB.