Le Vatican envisage d’approuver les mariages homosexuels

Le pape François appelle à l’étude « Qu’est-ce que l’homme ? Un itinéraire de l’anthropologie biblique » où la signification du mariage est examinée et la possibilité d’approuver le mariage homosexuel est évaluée.

L’Église catholique a enfin fait un pas vers la reconnaissance des mariages entre personnes du même sexe. Pendant des siècles, ils nous ont ignorés, évitant de regarder le visage d’un collectif dont ils ont préféré nier l’existence. Mais les temps changent, même pour le Vatican.

Le 19 novembre, l’étude a été présentée « Qu’est-ce que l’homme ? Un itinéraire de l’anthropologie biblique ». Cette étude a été demandée directement par le pape François lui-même et a été publiée par la maison d’édition du Vatican.

Le rapport a été produit par la Commission Biblique Pontificale. Il analyse l’être humain dans le contexte complexe d’aujourd’hui, mais avec des bases bibliques et théologiques. Des sujets tels que le mariage, la guerre, la violence et la sexualité sont abordés.

Le texte mentionne la doctrine classique :  » l’institution du mariage, constituée par la relation stable entre le mari et la femme, est constamment présentée comme évidente et normative dans toute la tradition biblique». Malgré cela, il propose de considérer l’homosexualité et les unions homosexuelles comme  » une expression légitime et digne de l’être humain « .

Monseigneur Giacomo Morandi, secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a commenté cette étude. Dans une interview, il a reconnu que certaines voix se positionnent contre l’approche anthropologique traditionnelle de la Bible. Ils la qualifient d’archaïque et de conditionnée par l’histoire. Il a également reconnu qu’avec les progrès des sciences naturelles et humaines, certaines déclarations bibliques ont été considérées comme obsolètes.

La Bible ne mentionne pas explicitement les relations homosexuelles, il n’y a donc aucune raison de les condamner. Selon M. Morandi, ces relations ne sont pas devrait être considéré comme moralement incorrect. Puisque la Bible est muette à leur sujet. On a souvent cru lire une critique de l’homosexualité dans certains passages qui condamnent réellement la violence.

Le jésuite espagnol José Luis Caravias en a déjà parlé dans son étude de 2016. Il y a analysé les sept passages dans lesquels l’homosexualité est mentionnée dans toute la Bible. Sa conclusion était la suivante dans ces fragments, ce qui est critiqué, c’est la pédophilie et la violence sexuelle. Par exemple, celle qui était exercée par les patriciens romains avec leurs esclaves et les enfants de leurs esclaves.

Enfin, l’étude recommande une pastorale personnalisée, dans la même veine que le catéchisme de 1992. Il parle du respect des homosexuels, qui ne doivent pas subir de discrimination.