La gaycratie (homopatriarchie) dans la mode et les tabloïds

Nous entendons souvent des commentaires sur les hommes homosexuels et la mode. Ils sont parfois malveillants, parfois pleins d’ignorance, et parfois imprégnés de des idées à la limite de l’homophobie. De tous les arts, c’est celui qui a le plus correspondu au stéréotype gay.

En fait, je suis sûr que souvent, un de vos proches vous a dit « vous êtes sûr vous savez bien décorer parce que vous êtes gay« ou « Vous êtes gay, vous aurez donc une grande sensibilité pour m’aider à choisir mes vêtements. Mais qu’est-ce que c’est que ça ?

Cependant, ce genre de commentaire vient généralement de personnes qui vous sont proches et qui le font généralement sans malice. Beaucoup moins d’homophobie. Ils les laissent simplement partir parce que ont intégré certains stéréotypes qui, dans une bonne partie des cas, ne correspondent pas à la réalité.

Il y a des commentaires de même nature et pourtant proviennent de personnes réellement homophobes. Le gaycracy est un concept souvent utilisé pour discréditer les hommes homosexuels. Le gaycracy est un phénomène qui se produit dans le domaine de l’emploi où l’on considère que être homosexuel a plus de chances de réussir dans certains secteurs.

Au fil du temps, ces commentaires ne se sont pas seulement concentrés sur le domaine de la décoration ou de la mode, mais aussi sur les tabloïds. L’imaginaire collectif associe l’homosexualité à la mode et au cœur. Parlons du pourquoi, et si c’est de l’homophobie.

La réalité est qu’aujourd’hui, de nombreux créateurs, même de vêtements pour femmes, sont des hommes. Et plus encore, des hommes ouvertement gays. C’est un fait. Certains y voient Les hommes homosexuels ont plus de possibilités pour réussir dans ces domaines.

En d’autres termes, les femmes sont également marginalisées dans ces secteurs. Mais cette fois, ce n’est pas exactement l’hétéropatriarchie qui les déplace, mais les hommes homosexuels. Homopatriarchie ou, comme on l’a appelé dernièrement, la culture gay.

Gaycratie : un phénomène ou un nouveau terme pour discréditer les professionnels homosexuels ?

Les personnes qui ont ce type de réflexion sont souvent les mêmes qui parlent de les lobbies gay comme une main noire tirant les ficelles pour transformer les enfants en homosexuels. Cependant, cet exemple mérite d’être analysé.

Si nous regardons en arrière, nous pouvons trouver plusieurs raisons pour lesquelles les tabloïds et la mode ont une forte présence gay. Si l’on veut être optimiste, on peut penser qu’un homme ouvertement gay peut faire ce qu’il veut sans se soucier des préjugés sociaux. Qu’en quelque sorte, il est déjà habitué à être distingué pour son allure féminine et même critiqué.

C’est précisément ce qui l’a immunisé contre les exigences sociales et lui a même donné la force de sortir de la norme et de faire simplement ce qu’il aime. Par conséquent, lorsqu’il s’agit d’exercer une profession associée au féminin, un homosexuel a moins de couverture qu’un hétérosexuel Il prend donc plus de risques et finit par devenir plus performant dans son travail.

Toutefois, cela n’explique pas pourquoi les femmes ont été déplacées dans ces secteurs et pourquoi même les vêtements pour femmes sont conçus par des hommes homosexuels. L’argument homophobe classique parle de la sensibilité des homosexuels. Est-ce réel ou s’agit-il d’un préjugé dérivé du chauvinisme masculin ?

C’est peut-être une façon de montrer à nouveau comment l’homosexualité ne peut être associée qu’au féminin. Et la mode et le cœur, bien sûr, sont truc de fille (comme peut-être pour beaucoup d’entre eux, il en va de même pour les tâches ménagères). Voilà le machisme à nouveau.

Gaycratie ou chauvinisme masculin ?

Il y a une autre raison, bien sûr. Un que nous ne voulons souvent pas voir. C’est-à-dire que l’homosexualité n’est pas vraiment « normalisée » et intégrée et, qu’on le veuille ou non, elle se vend (en supposant dans de nombreux cas une « prime à la qualité » dans ces secteurs de travail). Orientation sexuelle fait partie de la marque personnelle du créateur ou un journaliste/présentateur. C’est un produit. Mais… comment cela peut-il arriver ?

Y a-t-il des raisons pour lesquelles une robe conçue par un homme gay est meilleure qu’une robe conçue par une femme hétérosexuelle, une lesbienne ou un transsexuel ? Non. Mais jusqu’à il y a quelques années, il y en avait afin qu’elle puisse être encore améliorée et, par conséquent, pour qu’il soit plus acheté. Tout comme les tabloïds.

En fin de compte, s’agit-il d’une construction sociale ? L’archétype du « un homosexuel qui a plus de capacités que les femmes elles-mêmes pour créer des choses qui leur sont destinées » ? Est-ce du machisme ? S’agit-il d’une discrimination positive ?

Gaycratie, le concept péjoratif d’homophobes

En fait, c’est aussi une question de marketing. Dans ce contexte, l’orientation sexuelle est « spectacularisée » et devient finalement une garantie de qualité. C’est drôle, n’est-ce pas ?

Surtout dans le passé récent (années 70, 80, 90, 00…) l’homosexualité était définitivement quelque chose d’étrange et se donnait en spectacle. En termes de publicité, cela a un nom : Marchandises. Et dès qu’on mélange cela avec le machisme et l’homophobie, on obtient le cocktail parfait.

Dans les secteurs « éminemment féminin« Nous constatons une discrimination positive à l’égard des hommes homosexuels, même s’il faut aussi souligner qu’il s’agit là de rares exceptions. En fait, si nous sortons de ces secteurs, nous pouvons constater que dans le reste (ou la plupart) être gay est un handicap et c’est un motif de discrimination négative.

Ce qui se passe, c’est que de nombreuses personnes sont offensées par le fait que les hommes homosexuels sont particulièrement appréciés dans un secteur d’emploi simplement parce qu’ils sont homosexuels. Devrions-nous nous inquiéter de cela aussi ? Qu’est-ce qui se cache derrière tout cela ? S’agit-il d’une forme de discrimination ?

Les hommes homosexuels occupent une position privilégiée par rapport aux femmes dans ces univers professionnels. Et ce n’est peut-être pas juste. Mais ce n’est pas non plus que l’homosexualité fait partie d’un coup de publicité. Ni que les homosexuels ont plus d’obstacles dans l’environnement de travail et sont plus susceptibles de souffrir mobbing (ou le harcèlement au travail) dans tous les autres secteurs.

Peut-être si l’homophobie ou le machisme (ainsi que les professions « masculines » et « féminines ») n’existaient pas, ces distinctions n’existeraient pas dans ces secteurs.

Aujourd’hui, de nombreux homophobes déclarent que « dans le monde du journalisme ou de la mode, il faut être gay pour réussir ». Cependant, on pourrait dire la même chose dans des professions à prédominance « masculine.

Ensuite, nous devrions parler d' »hétérocratie » pour désigner également le phénomène qui existe dans le sport et surtout dans le football. Un monde, dans lequel littéralement il est interdit d’être homosexuel. Dans le monde de la conduite, de la sécurité ou des ordinateurs, voir des hommes ou des femmes homosexuels c’est presque un miracle.