La FELGTB choisit 2020 comme l’année des lesbiennes et des transgenres

Chaque année, la Fédération espagnole des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels (FELGTB) décide d’un thème à travailler. Au cours de cette année, elle organise des conférences et des activités pour réclamer et rendre visible. L’année 2019 a été dédié aux personnes âgées LGBTI et la mémoire historique. Mais cette année 2020, c’est au tour de les femmes lesbiennes, bisexuelles et transgenres.

Avec cette décision, la FELGTB entend rendre visible un groupe qui se croit souvent partie intégrante de groupes plus importants. Ce collectif est cependant confronté à un double combat. Il ne s’agit pas seulement d’homophobie, de transphobie ou de biphobie, mais aussi le machisme et la misogynie.

Dans la société espagnole d’aujourd’hui, les femmes LTB souffrent également d’une discrimination spécifique. Le déni du droit à la procréation assistée en est un exemple. En outre, il y a des problèmes de la société entière qui, dans leur cas, sont accrus. Pensez à l’écart salarial dont souffrent les femmes, qui, dans les ménages composés de deux femmes, a un impact encore plus important. Nous y ajoutons également la marchandisation et la sexualisation continues des femmes lesbiennes ou bisexuelles par la société.

Dans un environnement hétéro-patriarcal comme celui qui nous entoure, nous savons que les femmes sont censées être soumises. Une femme de LTB ne conteste pas seulement ce système en ne s’y conformant pas. Aussi pour avoir eu la force de relever la tête et de vivre honnêtement avec leur identité.

La Fédération a l’intention de se concentrer sur tous les cas de discrimination et de harcèlement sur le lieu de travail qui conduisent les personnes de ce groupe au travail du sexe. Voir aussi mentionner la nécessité de sensibiliser l’organisme à la diversité. La voie qu’ils proposent est de rechercher un discours qui représente toutes les femmes, avec leurs différences et leurs similitudes.

En bref, les femmes de la LTB sont confrontées à des situations spécifiques d’inégalité et d’oppression. C’est ce que le FELGTB entend montrer, afin que nous soyons tous conscients des problèmes auxquels ils sont confrontés. A cette occasion, elle entend le faire, d’ailleurs, dans une approche de fraternité et de féminisme.

Dans sa déclaration, la Fédération espagnole des lesbiennes, des gays, des transsexuels et des bisexuels a également appelé à la participation. C’est juste que dans des moments comme celui-ci la société semble se polariser davantage, nous devons activer. L’ultra-droite est une menace pour tous, mais plus encore pour nos collectifs. Nous avons parcouru un long chemin au cours des dernières décennies, mais nous ne pouvons pas faire marche arrière. Aujourd’hui, plus que jamais, l’activisme est nécessaire.