Kill the Gays » : l’Ouganda prévoit de sauver la peine de mort pour les homosexuels

La peine de mort sera-t-elle renvoyée en Ouganda pour le « crime » d’homosexualité ? L’annonce a été faite par Simon Lokodo, le ministre ougandais de l’éthique et de l’intégrité. Le gouvernement ougandais prévoit de récupérer une loi qui a déjà été annulée en 2014 par la Cour constitutionnelle. Ce projet de loi, connu sous le nom de « Tuer les homosexuels » (tue les homosexuels), a été déposée il y a cinq ans. Le gouvernement veut maintenant le ressusciter et le présenter au Parlement, avec l’idée de le voter avant la fin de l’année.

Ce pays est déjà l’un des plus durs au monde pour les minorités sexuelles. La loi ougandaise est actuellement basée sur unUne loi coloniale britannique condamnant les relations sexuelles avec des personnes du même sexe avec une peine de prison à vie.

Selon le ministre Lokodo, cette loi est insuffisante, car elle ne fait que punir l’acte. Il affirme qu’il existe une campagne de recrutement des homosexuels dans les écoles et que les mensonges sont promus auprès des plus jeunes. Plus précisément, se plaint qu’on leur dise que certaines personnes sont nées homosexuelles. Selon lui, l’homosexualité n’est pas naturelle pour les Ougandais. Avec la nouvelle loi qu’ils entendent ressusciter, toute personne qui pourrait être impliquée dans la promotion et le recrutement serait également poursuivie. Et les actes graves seraient punis d’exécution.

Le ministre Lokodo est convaincu qu’ils réussiront à cette occasion et obtiendront les deux tiers des voix de l’Assemblée nécessaires pour l’adopter. Il semble que le gouvernement a fait pression sur les députés avant de reprendre le projet de loi et beaucoup le soutiennent.

Le lendemain de cette annonce, le mouvement pour les droits des LGTBI a commencé à prendre son envol. Amnesty International met en garde contre le danger de cette intolérance de la part du gouvernement. Votre directeur dans la région, Joan Nyanyuki, affirme que alimentera la haine dans un environnement déjà homophobe. L’organisation appelle les parlementaires à rejeter toute initiative à cet égard.

En 2014, l’Ouganda a déjà reçu une forte condamnation internationale lorsque son président, Yoweri Museveni, a signé le projet de loi sur la peine de mort. Les États-Unis, la Suède, les Pays-Bas, la Norvège, le Danemark et la Banque mondiale ont réduit ou suspendu leur aide. Cette situation devrait se répéter si le gouvernement continue à poursuivre le recouvrement de cette loi. Lokodo reconnaît qu’il s’agit d’une préoccupation, mais se dit prêt à y faire face.

Entre-temps, des centaines de personnes LGBT ont dû quitter le pays en tant que réfugiés. Trois personnes ont été tuées dans des attaques homophobes en Ouganda cette année. Les attaques de ce type vont sans doute se multiplier si les politiciens du pays continuer à alimenter la haine.