C’est le pourcentage effrayant de Russes qui veulent éliminer les homosexuels

La moitié des citoyens russes veulent éliminer, tuer ou isoler les personnes homosexuelles. Ce chiffre incroyable (50 %, soit plus de 72 millions de personnes) est le résultat d’une étude réalisée par l Organisation du Centre Levada. Par ce biais, une interview a été développée sur un échantillon gigantesque de la population adulte russe (au total 1614). Elle a demandé ce que le pays devait faire avec certains groupes de la société. Les options proposées sont les suivantes : « Laisser tranquille », « je ne sais pas », « aider », « isoler » et « éliminer.

Dix-huit pour cent (près d’une personne sur cinq dans le pays) voudraient rayer les homosexuels de la carte. Ce chiffre est plus élevé que celui des autres groupes qui ont participé à l’entretien : sans-abri, personnes séropositives, alcooliques, handicapés, mendiants, prostituées, féministes et toxicomanes.

Au-dessus des homosexuels, il n’y avait que deux groupes que la plupart des Russes voulaient éliminer : Les criminels violents (meurtriers, pédophiles, terroristes) et les personnes ayant des idéologies extrêmes.

La chose ne s’arrête pas là et c’est que 32% du total ont déclaré que les personnes homosexuelles devraient être isolées de la société. Pour près d’un tiers de la population russe, les homosexuels devraient être laissés tranquilles. Incroyable !

Seuls 9% ont choisi l’option d’aider les homosexuels (bien que nous ne sachions pas comment ils comprendraient le mot « aide », car il est probable que beaucoup le comprendraient comme une aide par les thérapies de conversion).

Comme l’a déclaré le Centre Levada, le nombre a diminué depuis 1989. Ensuite, 35 % de l’ensemble des personnes pensent que les homosexuels devraient être éliminés de la planète. Dix ans plus tard, ce chiffre a été ramené à 15 % et aujourd’hui, il est passé à 20 %.

En retour, le pourcentage de citoyens russes qui souhaitent pour éliminer les personnes atteintes du VIH a également été réduit, bien que de manière plus significative. En 1989, elle représentait u 14 % du total, et aujourd’hui, elle en représente u 2 %.

Depuis le centre Levada, ils révèlent la situation actuelle en Russie : « D’une manière générale, les catégories de citoyens ayant un comportement déviant et indésirable proposées dans l’étude se sont améliorées depuis 2015. Cependant, c’est le contraire qui s’est produit avec les « membres de sectes », où les attitudes se sont aggravées.

Paradoxalement, la Russie est le même pays où l’homosexualité est légalement « autorisée », bien que son expression puisse être punie de trois ans de prison. C’est la fameuse loi contre « propagande homosexuelle » et a été conçu pour protéger les « relations traditionnelles ».