Questions LGBT: Après le FN, l’UMP refuse le débat

debatlgbt-rhonealpesAlors que doit se tenir ce soir un débat sur les questions LGBT en présence des associations et dans le cadre des élections régionales, nous venons d’apprendre que la liste menée par Françoise Grossetête (UMP) refuse de venir participer au débat. Après trois relances, l’équipe de campagne de Françoise Grossetête aurait lâché aux organisateurs du débat que “la Majorité Présidentielle n’aura pas de représentant”. Sans la moindre explication. La Lesbian & Gaypride de Lyon (LGP Lyon), à l’initiative de cette rencontre, regrette ce choix mais reste cependant optimiste: une sursaut démocratique étant encore possible d’ici 20h00.

Élections Régionales 2010 : les Droits des LGBT ne seront pas oubliés
Mardi 23 février à 20h00
Café le Moulin Joli
1, rue Puits Gaillot (69 001 Lyon)
Métro Hôtel de Ville de Lyon

MAJ 24 FEVRIER 2010

Pas de soutien LGBT en Rhône-alpes pour l’UMP

Non. Finalement l’UMP n’a présenté aucun membre de ses listes, au débat organisé hier soir par les associations LGBT de Lyon. Certes la Lesbian and Gay pride de Lyon avait déjà essuyé un refus de la part du FN, mais elle ne s’attendait pas à ce faux bon de la part de l’équipe UMP Rhône-Alpes. « Toute la soirée, nous avons espéré qu’un candidat UMP vienne au débat » avoue David Souvestre, président de la Lesbian and Gay pride de Lyon (LGP Lyon).

Pire, en plein milieu du débat Françoise Grossetête, tête de liste UMP Rhône-Alpes, a fait savoir qu’elle ne viendrait finalement pas et qu’il n’y aurait aucun représentant de l’UMP à ce débat. « Ce soir, des interrogations demeurent: Quel est le bien-fondé de ce débat en pleine campagne des régionales? », s’interrogeait Françoise Grossetête.

« L’homosexualité et la transsexualité, dans leurs droits comme dans leurs revendications, ne sont pas des enjeux régionaux » a fait savoir l’UMP. Pourtant, comme l’explique David Souvestre, « Tous les candidats, du MoDem jusqu’au NPA ont montré que la région pouvait être un levier pour lutter contre les discriminations ». « La réaction de Françoise Grossetête est déconcertante et inquiétante. » D’ailleurs, l’UMP a fait des propositions en ce sens dans d’autres régions, comme en Languedoc-Roussillon, propositions portant sur la lutte contre les discriminations sexuelles.

La LGP Lyon ne compte pas s’arrêter là: « Françoise Grossetête doit ‘revoir sa copie’ ». « Nous (les associations) allons  lui envoyer un ‘questionnaire pédagogique’ sur ce que peut faire la région ». « A mon sens, c’est la collectivité qui a le plus de compétences pour agir sur ce thème avec l’apprentissage, l’emploi, les lycées et le sport », conclut  David Souvestre.

Ton avis - ajouter un commentaire:

CAPTCHA image

C'est aussi sur GayinLyon.com: