Le Bloc: fermeture en vue, 3 mois après son ouverture!

mapboc21Le club à la déco industrielle, digne des grandes boites berlinoise ou barcelonaise, n’a pas obtenu l’autorisation préfectorale pour ouvrir jusqu’à 5h00. Camel Boutarfa, son propriétaire, accuse le coup. Il a dépensé plus d’un million d’euro pour ouvrir ce qui devait devenir l’un des clubs les plus branché de province.

Il avait ouvert en grandes pompes le 13 mars dernier. Trois mois après, la discothèque de Camel Boutarfa a déjà fermé ses portes. Retour avec son créateur sur l’une des plus grosses déceptions de la nuit lyonnaise 2009. Et dire que Lyon rêve de rivaliser avec Barcelone… En foot comme en night, c’est pas gagné !

On en entendait parler depuis plusieurs mois et on l’attendait comme le messie. Rue des Rancy, la gestion quotidienne de sa discothèque s’est transformée en chemin de croix pour Camel. Crucifié par les autorités administratives, le trublion des nuits lyonnaises regarde, atterré, son dernier rêve partir en fumée. Il affiche habituellement un sourire à toute épreuve. Mais aujourd’hui, il est tendu et stressé comme à ses débuts. « Oui, le Bloc est fermé tant que je ne dispose pas de l’autorisation d’ouverture tardive ! » confirme l’entrepreneur, attablé au Koodeta. Avec une permission d’ouvrir jusqu’à 3h seulement, Le Bloc était en état de survie. Impossible de faire fonctionner une telle machine sans l’autorisation des 5h. En investissant 1 200 000 euros dans cette aventure, Camel a posé ses couilles sur le billot. Toute de métal et d’acier revêtue, sa boite – directement reliée au Koodeta par un passage secret – s’inspirait des plus beaux établissements berlinois et employait plus d’une vingtaine de personnes.

delice-bloc

Le créateur de l’Actuel et du Factory signait là son retour en force avec ce concept très pointu, truffé de caméras ehrmanniennes et de gadgets extravagants. Podium vibreur, passerelles, treuils, cage ascenseur… tout avait  été conçu pour envoyer les noctambules au 7ème ciel !

Les nouvelles directives préfectorales ont sonné le glas de ce modèle. « Le fonctionnaire du commissariat du 3/6 en charge des débits de boisson ne s’est même pas donné la peine de se déplacer ! » assure Camel, dégouté. « Il m’a dit que la ville souhaitait faire de ce secteur un quartier calme. » « Faites jouer vos relations ! » aurait-il conclu*. Notre oiseau de nuit n’a pas reçu plus de soutien de la part de la mairie du 3ème. « J’ai bien rencontré Arnaud Benhamou, le maire de nuit de l’arrondissement, mais c’est un gamin qui n’a pas de pouvoir ! » Interrogé par Lyon People, ce dernier assure avoir donné un avis favorable pour l’autorisation des 5h : « Mais ce n’est qu’un avis consultatif. La préfecture en a décidé autrement. Je le regrette car je soutiens la nuit lyonnaise. » Au-delà des nuisances sonores, craintes majeures des élus bonnets de nuit, son concept est-il remis en cause ? «  Mon produit dérange, c’est sûr ! C’est trop avant-gardiste et trop novateur pour Lyon ! J’aurais du faire ça dans une ville à dimension européenne ! » Résultat des courses, trois mois après son ouverture, le club est fermé jusqu’à nouvel ordre. Après tout, dans le contexte de crise que nous connaissons, on n’est plus à 25 chômeurs près ! Camel songe à transformer l’endroit en rétro-club. Un couple de Maubeuge - Marcel et Gertrude – aurait déjà visité la boite, qui pourrait leur être confiée en location-gérance (comme le Koodeta). Au menu, thé glacé et accordéon tous les après-midi. Le charme des bals musette, sans les watts mais avec Yvette Horner. Les places de stationnement situées devant la concession BMW 6ème Avenue, boulevard Vivier Merle, devraient être aménagées pour accueillir des cars. « Avec la proximité de la Part Dieu, nos anciens pourront même venir à pied depuis la gare. »

Avant d’en arriver à cette extrémité et de rendre les clés, Camel règle ses comptes avec la ville qui l’a fait roi. Fini le bon vieux temps de l’Actuel et du Factory : « En 30 ans, au lieu de progresser, la nuit lyonnaise s’est rétrécie. Lyon est une ville de blaireaux, poussiéreuse et ringarde ! Les nouvelles directives signifient que nous Lyonnais, n’aurions pas le droit de sortir après 3h du matin ! » s’enflamme Camel qui dénonce le double langage des autorités. Quand Gérard Collomb souhaite faire de Lyon une ville internationale, le préfet rêve de mettre tout le monde au pas. Un état de fait déjà dénoncé en leur temps par Thierry Lahon et Pierre Chambon, les patrons de l’à KGB – harcelé par la SACVL – et du Claks (qui a fait l’objet d’une fermeture administrative), ainsi que par Marc Chabert et Jean-Paul Donjon, les nouveaux propriétaires del’Etoile, également en guerre avec la mairie du 3ème, mais sauvés par la préfecture ! Début 2008, tous ces patrons de boites de nuit nous déclaraient soutenir la candidature de Gérard Collomb à la mairie de Lyon. Force est de constater qu’un an après, l’ambiance a bien changé !

* Nous avons téléphoné à l’inspecteur en charge du dossier au commissariat du 3/6. Sur un air de U2, il nous déclaré textuellement : « Je n’ai rien à vous dire. Rien à ajouter. Je ne vois pas pourquoi vous m’appelez et je ne veux pas justifier ma décision. Ça ne vous regarde pas ! »

(Source: MP. pour Lyonpeople)

Commentaires

4 commentaires sur “Le Bloc: fermeture en vue, 3 mois après son ouverture!”
  1. alex dit :

    c’est dommage j’étais allé à la dernière soirée délice et c’était vraiment sympa. Y’avait plein de monde ça faisait plaisir de voir enfin une grande boite gay.

    sinon ça n’a rien à voir mais j’ai entendu dire que la boite le Mix venait de changer de direction et que ce n’était plus gay. Quelqu’un aurait-il plus d’info à ce sujet?

    merci

  2. antoine dit :

    Concernant le mix: la dernière fois que j’ y suis allé c’était vraiment mort. Seulement 3 filles sur la piste de dance… :-/ c’était un vendredi soir il y a 2 semaines. Bizarre… ça avait l’air de bien marcher au début!!!

  3. serge dit :

    Mauvais coucheur le gars !
    Sous prétecte de faire la bringue, peut-on rendre invivable tout un quartier ? La différence entre l’époque du facto dont j’étais un assidu ou de l’actu également longuement “visité” c’est que les comportements ont changés. Les sorties calmes des boîtes que je fréquente encore sont rares.
    Quant à ses propos que Benhamou, ils méritent une petite précision : cet adjoint au maire du 3e en charge de la nuit était fortement impliqué dans le clacks. Ca s’appellerait pas un mélange des genres ou encore juge et partie ?
    Quant aux clacks, il a été fermé administrativement parce que deux gamines mineures d’environ 14 ans ont été retrouvées en coma éthylique à la sortie de cette boîte ! Il est aussi tellement mal isolé les voisins entendent la musique jusqu’à 300 mètres. Les forces de polices sont aussi intervenues à plusieurs reprises pour des bagarres dont parfois avec des calibres. Il y a eu des dégradations de véhicules dont certains par un ancien salariés de la boîte.
    Voilà quelques exemples pour démontrer que Lyon n’est pas une ville de Blaireaux. Ce sont ceux qui font les nuits Lyonnaises de ce type qui sont responsables de leurs déboires. Quant à Colomb, il n’a pas été élu pour soutenir l’insoutenable.
    ce sont eux qui se sont plantés.

  4. admin dit :

    En complément: l’interview LE PROGRES 15 JUIN 09

    QUESTIONS A
    Arnaud Benhamou

    Maire de nuit à la mairie du 3e

    >> Quelle est la position de la mairie du 3e arrondissement sur le refus d’ouverture de 5 heures pour le Bloc ?

    Nous avons toujours soutenu le Bloc car le quartier de la Part-Dieu a besoin d’une discothèque. Je parle tous les jours avec Camel Boutarfa au téléphone et nous le soutenons, comme nous sommes favorables à la vie nocturne en général. La mairie du 3e a émis un avis favorable pour la permission de 5 heures pour le Bloc mais la préfecture ne nous a pas suivis. Je suis d’ailleurs très surpris de cette décision. A mon sens, Camel va déposer un recours et la préfecture va lui accorder ce qu’il demande car Camel est un professionnel, et l’activité économique d’une boîte de nuit commence vraiment à partir d’une heure du matin.

    En plus, je connais l’établissement et l’équipe du Bloc. Camel est conscient de notre soutien.

    Avez-vous d’autres exemples où la préfecture n’a pas suivi votre avis ?

    Il faut savoir que la préfecture délègue à la mairie une enquête pour déterminer si les requêtes des établissements sont jouables. La mairie avait émis un avis défavorable pour l’ouverture tardive de la brasserie L’Etoile, place Jutard, en considérant son caractère de brasserie. Eh bien, la préfecture ne nous a pas suivis. Là aussi, c’était l’incompréhension.

    Existe-t-il une charte générale à respecter pour allouer ou non ce type d’autorisation ?

    Amorcée en décembre 2008 sous Jean-Louis Touraine, une grande réflexion est née sur la vie nocturne lyonnaise. Cette réflexion a pour but d’aboutir à une charte générale pour favoriser les bons acteurs et sanctionner les moutons noirs qui ne prennent pas en compte les nuisances sonores, les règles de sécurité et la propreté des abords. Soucieux de respecter la propreté de nos rues, c’est pour cette raison que cette année les Nuits Sonores se sont déroulées dans des établissements couverts.

    En termes de vie nocturne, vers quel modèle Lyon se dirige-t-elle ?

    Depuis l’arrivée de Gérard Collomb à l’hôtel de ville, Lyon a bougé en termes d’image. Mais il reste énormément à faire si l’on veut ressembler, dans ce domaine, à une ville comme Barcelone. Pour l’instant, c’est loin d’être gagné. Car il faut savoir que la vie nocturne constitue une véritable activité économique. Mais différents acteurs sont à prendre en compte.

    La nuit, il y a ceux qui travaillent, ceux qui font la fête et donc ceux qui consomment et enfin ceux qui dorment. Le plus dur, c’est de tous les concilier.

Ton avis - ajouter un commentaire:

CAPTCHA image

C'est aussi sur GayinLyon.com:

  • Ouvert le 13 mars dernier, le Bloc, se voulait être « un club electro pop pour un public d'hommes d'affaire décalés, de jeunes gens BCBG fondus, d ...

  • Depuis un peu plus d'un mois, la ville réfléchit au devenir de sa vie nocturne. Réfection et tables rondes en tout genre sont organisées afin de m ...

  • Vendredi 11 décembre, la Délice fait son grand retour au Bloc. Après un passage dans le très chic Casino Le Lyon Vert, la plus grosse soirée gay l ...

  • Après de gros travaux, Le Bloc vient d'ouvrir dans le quartier de la Part-Dieu, à la place de l'ancien club Le Fridge.  Le Bloc propose dans un ...