Le baiser de la lune, ce film qui délie les langues

baiserdelaluneDeux semaines qu’on en parle, deux semaines de débats en tout genre dans des émissions de télé et sur les sites d’actualités. Le baiser de la lune ne laisse pas indifférent et déchaîne des commentaires d’une violence parfois extrême à l’encontre des homosexuels. Mais qu’a donc ce dessin animé, pour que la classe politique s’en même, allant jusqu’à interdire sa diffusion? Retour sur un dessin-animé qui, avant même sa réalisation et sa sortie, relance le débat sur la prévention de l’homophobie en milieu scolaire.

Le baiser de la lune? Ce n’est qu’un « court-métrage d’animation poétique pour aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe à l’intention des enfants de CM1/CM2″, explique Sébastien Watel, à l’initiative du projet. Le but de ce dessin animé n’est absolument pas d’orienter la sexualité des enfants (qui plus est, serait orientable!), mais servir de support pédagogique pour évoquer l’amour homosexuel. C’est « donner une vision moins stéréotypée des relations amoureuses » ajoute t-il. Le projet est même soutenu par le Ministère de la Jeunesse, qui lui accorde un crédit de 3000€.

La présidente du Parti Chrétien Démocrate, Christine Boutin n’entend pas la chose de la même oreille. Début Février, elle adresse une lettre ouverte au ministre de l’Education Nationale, Luc Chatel, dans laquelle elle exprime son indignation concernant le projet de diffusion du film le baiser de la lune. Ce dernier « bafoue le principe de la neutralité de l’enseignement public en s’immisçant dans la conscience et l’intimité des enfants sans égard pour la responsabilité éducative de leurs parents ». Bref, un film beaucoup trop pro homosexuel qui n’a aucune place en école primaire selon elle. Il est vrai que montrer deux poissons qui s’aiment peut sembler traumatisant pour un enfant de 9 ans…

Deux jours plus tard, lors d’une interview pour BFMTV, Luc Chatel conforte les positions de Christine Boutin sur ce sujet: il affirme clairement que ce film « n’as pas vocation a être diffusé en primaire ». Traiter de la lutte contre l’homophobie en primaire est « prématuré » selon lui.

Pour se faire une idée de la violence des images, voici la bande annonce du film « Le baiser de la Lune »:

Comme l’explique le philosophe Jacques Derrida, il n’y a pas de différence entre l’amour et l’amitié. Qu’un poisson-lune aime un poisson-chat ou une sardine, quelle importance ? Ce qu’il faut savoir, c’est que chaque histoire d’amour est le résultat, où s’entremêlent un trajet et une histoire personnels, uniques qu’il s’agit de comprendre et d’assumer, et un apprentissage culturel. C’est pour cela que l’école a un rôle déterminant à jouer.

Sur le ton de la dérision, le débat n’a pas échappé à l’humoriste Stéphane Guillon. Dans l’émission de Thierry Ardisson il fait un rapprochement avec la bande dessiné « Le Zizi sexuel » lu aux écoliers et dont les images sur la sexualité (hétérosexuelle) sont beaucoup plus explicites: on y voit une scène de « levrette » où « maman est une grosse salope qui aime se faire défoncer par papa »!.


A propos du baiser de la lune

Qu’en pensent-ils?

Martin Hirsch – Haut-commissaire à la Jeunesse: « j’ai vu ce film et je suis fière qu’on ait participé à ce film, qui me parait un film fort sympathique » (source: BFMTV).

Marie-George Buffet -Présidente du PCF: « Nous dénonçons la censure du ‘Baiser de la lune’ dans les écoles primaires et demandons au gouvernement de reprogrammer la diffusion du film d’animation » (source: AFP).

Syndicats de l’éducation et FCPE (parents d’élèves) demandent au ministère de « revenir sur ces déclarations ». « Tout montre que c’est très tôt, avant que les stéréotypes et les comportements discriminatoires soient intériorisés, qu’il faut agir ». « On ne peut plus, en 2010, accepter que des adolescents se suicident encore pour cacher leur différence, il convient d’intervenir au plus vite en amont » (source: Communiqué de presse commun).

Anne Hidalgo – Première adjointe au PS: « Alors que la loi condamne les comportements à caractère homophobe, je m’étonne que soit décidée unilatéralement l’interdiction d’un outil éducatif contribuant au respect entre toutes et tous, au vivre ensemble avec nos différences dans notre société » (source: Yagg).

Nadine Morano – Secrétaire d’Etat à la Famillie: « Il y a des outils pédagogiques qui sont mis à disposition, d’ailleurs par l’Éducation nationale, au niveau du collège et du lycée ». « Au CM2, on n’en est qu’à la découverte de l’anatomie » (source: RTL).

Béatrice Bourges – Précidente du Collectif pour l’enfant: « Cette intrusion dans l’intimité et la conscience de si jeunes enfants, au mépris du respect qui leur est dû et sans égard pour la responsabilité éducative de leurs parents, ressemble fort à un conditionnement. Elle n’est pas légitime au regard des obligations de service public de l’Education nationale ». (source: RMC)

Robert Ménard - Ancien secrétaire général de Reporters dans frontières: « Moi j’ai aucune envie que les enfants voient ça. » Oui, moi j’ai envie que mes enfants aient une sexualité hétérosexuelle (…) je n’ai pas envie d’autre chose » (source: Paris Première).

Christine Boutin – Présidente du Parti Chrétien Démocrate: « On ne peut pas imposer des préoccupations d’adultes aux jeunes enfants. Il faut laisser l’enfance à l’enfant » (source: lexpress.fr)

Philippe Lellouche – Acteur: « Qu’est ce qu’on va montrer ça à des enfants en primaire… Laissons l’enfance aux enfants. Qu’est-ce qu’on va aller montrer des trucs… » « Ce film est une sensibilisation non pas à l’homophobie mais à l’homosexualité » (source: Paris Première).

Ton avis - ajouter un commentaire:

CAPTCHA image

C'est aussi sur GayinLyon.com: