Kiss-in: des heures d’attente pour un bisou

stjeankissinC’était hier soir, place St Jean à Lyon. Environ 500 personnes se sont rassemblées Place St Jean pour un Kiss-in déjà deux fois repoussé par la préfecture du Rhône. Cette fois ci, les organisateurs avaient obtenu l’autorisation de s’embrasser Place St Jean, un comble tout de même! Une autorisation bien théorique puisqu’à leur arrivé, homos et sympathisants se sont vu l’accès à la place barré par plusieurs cordons de CRS.

Les participants au Kiss-in étaient en réalité coupé en deux: un groupe était bloqué à l’entrée Sud de la Place, alors un autre groupe de sympathisants se voyait lui aussi l’accès bloqué à l’Ouest. Au milieu, des manifestants d’extrême droite et des jeunes catholiques extrémistes avaient investi les lieux depuis 18h30, bien avant la tenue du Kiss-in, est en toute illégalité.

S’en est alors suivi une longue attente, d’un côté les défenseurs des homosexuels demandant l’accès à la Place, de l’autre une centaine d’extrémiste clamant  » Première, deuxième, troisième génération : nous sommes tous, des enfants d’hétéros » ou encore « Europe, jeunesse, chrétienté »  accompagné de nombreux saluts nazis, le tout sous l’oeil bienveillant des forces de l’ordre.

Sympathisants gay et défenseurs de droits de le l’homme ont répondu nombreux à l’appel des associations lyonnaises. Comme annoncé 3 jours plus tôt, ils avaient préparé banderoles et pancartes pour dénoncer l’homophobie. On pouvait lire: « L’homophobie tue, libre d’aimer partout », « on veut l’égalité », « aimez-vous les uns les autres », ou encore « il est interdit d’interdire ». Le tout sous des slogans scandés par les participants au Kiss in: « Assez, assez, de cette société qui ne respecte pas les trans, les gouines et les PD ! »

Un peu avant 21h00 le premier groupe de participant au Kiss-in a pu rejoindre le second, en contournant la place. Un premier Kiss-in a pu alors avoir lieu au niveau de la fontaine et devant une rangé de CRS. A 21 h 30 pourtant, l’ordre d’évacuation tombe. Des gaz lacrymogènes sont lancés par les forces de l’ordre. Les diverses associations qui soutenaient le Kiss in appellent alors tous les participants à partir ensemble, afin d’éviter d’éventuelles agressions. Plus tard dans la soirée, l’évacuation des extrémistes a été beaucoup plus violente, opposant pour la plupart une forte résistance aux forces de l’ordre. Eloignés du parvis, CRS et extrémistes ont fini la soirée dans les ruelles du vieux Lyon.

-

Tôt ce matin, dans un communiqué, la LGP Lyon s’étonne de « l’attitude méprisante des forces de l’ordre qui ont fait le choix d’un côté de ménager les extrémistes haineux présents de manière illégale et d’évacuer de l’autre, avec une violence inqualifiable, les manifestants déclarés et pacifistes. » Son président déclarait déjà hier: « Notre manif est autorisée, pas la leur. Je ne vois pas en quoi c’est choquant de s’embrasser sur une place publique ! Et nous recommencerons l’an prochain, surtout si le cardinal Barbarin ne condamne pas les gestes que l’on a vus en face. »

De son côté la fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme, également présente, interpelle aujourd’hui la Préfecture du Rhône sur sa « gestion ubuesque » du Kiss In. Son président, Stéphane Gomez, regrette la passivité des forces de l’ordre face aux fascistes présents illégalement et multipliant les propos et gestes à connotation raciste et homophobe punis par la loi. Il s’interroge également sur les moyens utilisés sans sommation et de façon disproportionnées contre des militants et sympathisants des droits des LGBT totalement pacifistes.

Vidéo sur le vif de GayinLyon.com:

L’ensemble de la soirée vue par ViVé:

Commentaires

7 commentaires sur “Kiss-in: des heures d’attente pour un bisou”
  1. Yves dit :

    Je pensais mais je suis assez naïf que cette manifestation devait être pacifique, sans aucune banderoles ni pancartes ce qui la encore n’était pas le cas…..

    Après je ne suis pas sur que cela serve notre cause que de chercher à heurter la sensibilité des gens sous prétextes de propos irresponsables tenus par certains….

    Beaucoup de mes amis gay ne se reconnaissent pas dans les revendications d’une minorité de Gay et surtout dans la façon dont certains s’expriment au noms de tous….

    La LGBT n’est pas la communauté Gay dans son ensemble…..

    Enfin et cela va vous surprendre il y à dans notre cher communauté Gay des hommes et femmes qui sont aussi catholique (et c’est leur droit le plus absolue) et qui ont pu être choqué par cette manifestation….

    Pour ma part ma pratique religieuse ou pas est et restera dans le domaine de ma vie privée, mais je me demande quand même si la LGBT aura le courage de tenir et d’organiser une telle manifestation devant une cynagogue ou une mosquée ce dont pour être très honnête je doute ….!!!

    Voilà, continuons le combat mais essayons de le faire de façons plus constructive et positive en évitant également de stigmatiser des populations…..

    P.S : Les forces de l’ordre n’ont pas méprisé les Kissers mais évité selon les dires de certains policier en civil que ça ne dégénère violemment car contrairement à ce que vous pouvez penser…il n’y avait pas que des cathos extrémistes en face mais aussi des casseurs que l’on retrouve ici et là dans bien des manifestations sportives et autres et qui sont connus des services de police pour des violences extrêmes ….

  2. lila dit :

    C’est quoi la LGBT ?

  3. Ansari dit :

    @lila : LGBT = Lesbienne Gay Bisexuel Transgenre

  4. malachi dit :

    Merci Yves pour ton analyse.
    Je suis assez d’accord, et je regrette que ces manifs puissent prendre une tournure provocante, alors que le dialogue serait, lui, beaucoup plus constructif.
    Car s’il y a eu autant de réaction de la part du milieu catho, c’est par ce sentiment de provocation.
    Je suis peiné par tout ça, et souhaite que nous arrivions à ne pas attiser la haine entre les communautés, mais que nous expliquions ce que nous attendons, par la discussion…

  5. Kisser dit :

    Le kiss-in devrait avoir lieu chaque jour, oser se tenir la main et s’embrasser parfois en public, dans la rue, en terrasse d’un café, que le lieu soit gay ou non…

    Bref banaliser l’homosexualité pour la rendre tout simplement ordinaire et évidente à tout un chacun.

    Cela ne manquera pas de montrer à certains que l’amour existe aussi chez les homos, et qu’il est tout aussi fort que chez les hétéros.

    A l’inverse, ceux qui ont l’outrecuidance de se dire nos représentants (au nom de quoi ??? messieurs, votre légitimité est tout simplement inexistante, ne l’oubliez pas !) ne peuvent et ne doivent en aucun cas instrumentaliser la juste lutte pour la tolérance et l’acceptation pour leurs petites ambitions personnelles.

    Ce kiss-in (je parle bien de celui qui a eu lieu place Saint-Jean) me semble avoir été construit en toute conscience comme un acte de provocation à l’égard des catholiques d’une part, pour faire du buzz autour de son principal instigateur d’autre part (qui, malgré son jeune âge, ne cache pas ses ambitions politiques).

    J’ai bien peur qu’au final les résultats en soient médiocres pour ne pas dire négatifs et ne fassent en rien avancer les choses…

    Que nos pseudo-représentants osent d’abord eux aussi s’afficher publiquement au quotidien avec leur conjoint/ami/compagnon/plan cul, le ou la tenir par la main et l’embrasser en public, cela sera déjà un premier pas intéressant et bien plus constructif.

  6. Le Petit Pop dit :

    Personne ne représente personne et chacun est libre de ses actions; je ne vais pas juger pour savoir si les « représentants » de la communauté LGBT tiennent ou pas la main de leur ami(e) dans la rue (je me pose même pas la question de savoir s’ils ont ou pas un(e) ami(e)).

    Je sais pas contre que personne n’a le droit de m’empêcher de m’aimer, place St-Jean comme place des Terreaux, devant une cathédrale comme dans devant un tribunal et demain j’espère dans une mairie devant le Maire.

    Si certains ne se reconnaissent pas dans cette action, qu’ils n’oublient pas au moins que
    1/ c’est parti en « live » à cause des intégristes et autres fascistes qui rejettent l’homosexualité et les homosexuels;
    2/ que ces militants de tous horizons se sont battus dans l’intérêt général et pas pour leur intérêt personnel et égoïste.

    Vivre son amour librement, c’est aussi avoir des actions militantes. Quant à la provocation, pour certains l’existence des Marches des Fiertés est inacceptable et le fait même d’être homosexuel est une provocation… Chacun choisira son camp entre les militants de la haine et ceux pour l’égalité.

  7. capucin70 dit :

    c’est bien trop facile, petit pop, de te classer dans les gentils et dire que les autres sont méchants.
    Luttons contre l’homophobie, mais ne devenons pas cathophobe, car il s’agit là aussi de racisme…
    Adressons nous sans distinction à tout le monde, plutôt que provoquer devant une église…

Ton avis - ajouter un commentaire:

CAPTCHA image

C'est aussi sur GayinLyon.com: